Le CNGA déplore, pour les professeurs, la suppression annoncée d’un jour férié alors que les enseignants n’ont pas bénéficié, contrairement aux salariés du privé et à de nombreux agents du public, d’une réduction du temps de travail lors des passages aux 39 puis aux 35 heures.