Ayant pris connaissance des propositions du Ministre de l’Education nationale pour la Loi d’orientation, le CNGA
• approuve la réhabilitation de la notion d’autorité de l’institution scolaire et de ceux qui l’incarnent, enseignants et non enseignants ;
• se félicite que le ministre reconnaisse la liberté pédagogique du professeur et l’efficacité du redoublement décidé par l’équipe pédagogique ;
• estime inadmissible le système de deux heures supplémentaires imposées pour assurer dans l’établissement des remplacements pour les absences de courte durée, proposition qui prouve la méconnaissance de ce que représentent la préparation et le déroulement d’un cours dans le second degré.

En ce qui concerne le volet pédagogique, le CNGA
• apprécie la priorité donnée à l’apprentissage du français dans le socle commun et le retour de l’importance de la culture générale humaniste et scientifique ;
• prend acte de la volonté de proposer l’enseignement d’une langue vivante – qui ne serait pas forcément l’anglais – dès le primaire, à condition que les finalités en soient claires ;
• approuve l’idée d’un socle commun minimal de connaissances à acquérir au collège et d’un « certificat » pour le vérifier, sous réserve que cela n’exclue pas des enseignements complémentaires diversifiés dès le collège correspondant aux talents de chacun ;
• regrette que l’objectif arbitraire de « 80% d’une classe d’âge au baccalauréat » n’ait pas été écarté, mais considère comme pertinents, même s’ils sont ambitieux, les deux objectifs mis en avant : 100% de qualification pour tous et 50% de diplômés dans l’enseignement supérieur.

Le CNGA propose pour le lycée depuis plusieurs années « un second cycle progressivement optionnel couronné par un Bac par matières » plus fiable que la proposition ministérielle qui laisse trop de place au contrôle continu ; ce qui n’empêche pas que chaque candidat ait un livret scolaire expliquant son parcours avec toutes les matières suivies.

Le CNGA est réservé sur la réforme du Brevet avec des épreuves par examen et le maintien d’autres par contrôle continu.

Le CNGA fera connaître ses propositions plus détaillées au Ministère.