Le CNGA s’inquiète des suppressions de postes importantes annoncées pour la rentrée prochaine. Il considère que de telles décisions ne doivent, éventuellement, être prises qu’en réponse à des baisses sensibles d’effectifs dans les établissements scolaires.

Or, il apparaît qu’actuellement les décisions de suppressions de postes obéissent à la seule logique comptable, au mieux, pour les enseignants, au gré d’opportunités fournies par des départs en retraite ou des mutations, au pire, pour les élèves, au mépris des impératifs pédagogiques les plus élémentaires, quand les heures légales ne peuvent être assurées que si les collègues acceptent des HSA, sous-payées.