Le CNGA exige que toute suppression de postes soit justifiée de manière indiscutable par des raisons démographiques ou pédagogiques. Il rappelle qu’il s’est déjà prononcé contre des suppressions de postes à l’aveugle, c'est-à-dire effectuées en fonction des départs en retraite et sans tenir compte de la réalité des besoins de chaque établissement.

Le CNGA souligne que les professeurs seront doublement affectés par les économies budgétaires programmées, puisqu’ils devront travailler davantage en effectuant des HSA rétribuées à un taux inférieur au taux horaire et exclues de la revalorisation accordée aux heures supplémentaires des autres fonctionnaires.

Le CNGA s’alarme de la détérioration du climat dans de nombreux établissements scolaires et rappelle à leurs responsabilités à la fois les pouvoirs publics et les collègues qui encourageraient des manifestations d’élèves, dont on connaît les dérives potentielles.