Prenant acte de la volonté ministérielle de revaloriser le Baccalauréat, le CNGA rappelle son attachement à ce diplôme passé par épreuves finales nationales, il n’est donc pas favorable à l’extension du contrôle continu qui ne permet pas une véritable équité entre tous les candidats.


Le CNGA approuve, entre autres mesures, l’instauration de notes éliminatoires dans les matières dominantes et l’arrêt de la surenchère des options.


Le CNGA, en effet, propose son projet de « Bac par matières » ou « unités capitalisables» à l’issue d’un « Second cycle progressivement optionnel » à partir de la Seconde avec pour finalité de certifier un niveau de fin d’études secondaires, en lien avec l’orientation choisie.