Ce que constate le CNGA CFE-CGC

• Ce projet de réforme du collège porte atteinte au caractère national de l’enseignement en donnant une grande autonomie aux collèges. En effet c’est la fin des horaires dits « planchers » par discipline qui permettaient au moins une égalité de temps d’enseignement par matière sur l’ensemble du territoire français, chaque établissement ayant gardé tout de même une part d’autonomie autour d’un projet d’établissement.

• Le CNGA relaie la crainte des associations des langues anciennes car le latin et le grec sont relégués dans les EPI et en enseignements complémentaires dérogatoires.

• Le CNGA dénonce cette globalisation entre les disciplines car sur quel critère la répartition horaire sera-t-elle possible ? Sur des projets ?

• Cette réforme nous oblige à un grand bouleversement dans nos pratiques car le travail en équipe interdisciplinaire devient obligatoire mais sans avoir des heures de concertation prévues à l’emploi du temps. D’autre part, les clivages entre les établissements scolaires seront plus forts : l’assouplissement de la carte scolaire permet déjà d’échapper au collège de son quartier ce qui va s’accentuer et est contraire au brassage républicain. Ce projet a été approuvé par le Conseil Supérieur de l’Education qui donne un avis consultatif.

Les négociations se poursuivent car certains syndicats dont la CFE/CGC ont voté contre cette réforme.

Retrouvez ici tous les points clé de la réforme synthétisés par le CNGA. et n'hésitez pas à afficher cette information dans votre établissement.