CNGA

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Conditions de travail

Fil des billets

samedi 15 mai 2010

UA N°319 - Mai 2010

Charger l'UA au format pdf

Sommaire

Lire la suite...

mardi 30 mars 2010

Revalorisation des enseignants ?

Le CNGA salue la prouesse de communication du ministre de l’Education nationale : il semble bien que l’opinion commune a intégré que « les profs sont augmentés ».

Il rappelle
- que 170 000 enseignants dont le salaire est « revalorisé » sont loin de représenter un quart des enseignants (qui sont 860 000) ;
- que dès la prochaine rentrée, les néo-titulaires commenceront leur carrière une année plus tard que leurs aînés : une année supplémentaire sans rémunération, une année de plus pour accéder à la retraite ; et ils gagneront, en fait, en première année ce que gagnaient leurs prédécesseurs dès qu’ils étaient titularisés…
Opération blanche bien vendue !
- que les collègues actuellement aux 5ème et 6ème échelons bénéficieront, en fait de revalorisation, d’une aumône insultante ;
- que ceux qui sont au 7ème échelon et suivants n’auront rien, alors que beaucoup d’entre eux sont déjà, comme les futurs néo-titulaires, à «bac+5» ;
- que tous les professeurs, quel que soit leur échelon, voient leurs tâches se multiplier, leurs conditions de travail et de sécurité se dégrader ;

Enfin, le CNGA dénonce l’arnaque ministérielle sur le taux de rémunération des heures supplémentaires : désormais, elles ne seront plus indexées que sur la valeur du point d’indice. Aujourd’hui, elles bénéficient également des éventuelles augmentations indiciaires des 1er et dernier échelons. Pour augmenter les jeunes collègues, changer le mode de calcul d’heures supplémentaires de plus en plus nécessaires étant donné le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux, salut l’artiste !

lundi 15 mars 2010

UA N°318- Mars 2010

Charger l'UA au format pdf

Sommaire

Lire la suite...

jeudi 26 novembre 2009

Violences scolaires et pistes ministérielles

Le CNGA

- s’étonne du caractère irréaliste de certaines propositions ministérielles destinées à prévenir les violences dans les établissements scolaires, en particulier la détection, par fouille ou « portiques de sécurité », d’objets potentiellement dangereux ; il rappelle que les États-unis ont de longue date expérimenté l’installation de « portiques de sécurités », lesquels ne sont aujourd’hui, pour la plupart, ni utilisés ni même entretenus ;

- déplore le caractère inutilement polémique de ces propositions. Elles dissimulent la complexité du lourd problème auquel sont confrontés nombre d’établissements scolaires : violence plus souvent verbale que comportementale, contexte social tendu, parents démissionnaires, mal-être d’élèves qui l’expriment de façon agressive à l’égard de leurs enseignants, déni de l’autorité des personnels de l’Éducation et des règlements…

- rappelle qu’il considère comme inaboutie, à ce jour, la réforme du collège. Celui-ci ne peut, en effet, retrouver une réelle efficacité que par la prise en compte de la crise de l’autorité à laquelle sont confrontés les personnels qui y travaillent. Et toute réforme du lycée sera peu efficace si le collège ne permet pas aux élèves et aux enseignants de travailler dans des conditions satisfaisantes.

- enfin, alors qu’il n’associe pas systématiquement bon fonctionnement de l’École et augmentation des moyens, le CNGA considère que le nombre de Conseillers Principaux d’Éducation, de personnels de surveillance et de personnel médical dans les collèges et lycées est insuffisant et qu’une partie des violences que l’on déplore serait supprimée si les élèves étaient davantage encadrés. Il rappelle sa demande de création d’un corps d’assistants d’éducation, offrant à ceux qui le rejoindraient un statut et des perspectives de carrière.

jeudi 15 octobre 2009

Négociation sur le stress

Le CNGA :
* prend acte du souhait du ministre du travail Xavier DARCOS de « mobiliser les employeurs des secteurs privé et public » pour prévenir les risques liés au stress, précisant que « toute entreprise de plus de 1000 salariés doit ouvrir immédiatement des négociations sur le stress » ;
* espère que l’Education nationale, qui emploie bien plus de 1000 salariés, va ouvrir incessamment de telles négociations ;
* rappelle, en effet, que les enseignants sont particulièrement exposés à diverses formes de stress dans leurs rapports avec les élèves, la hiérarchie, les familles, ’administration…

jeudi 17 septembre 2009

Réforme du lycée : la contribution du CNGA

Note de cadrage sur la Réforme du lycée - Réactions sur le Rapport Descoings


Bilan de la situation dans la 1ère partie
Réalisés à partir d’observations sur le terrain, de documents et statistiques officiels et surtout d’auditions et de témoignages aussi diversifiés que possible, les « diagnostics » présentés sont assez complets et honnêtes dans l’ensemble. Ils ne cachent pas les éventuelles absences de consensus sur les dysfonctionnements du système et les remèdes à y apporter.
Certes l’avis des élèves est souvent privilégié, mais le but de la mission confiée à M. Descoings n’était-il pas de désamorcer l’agitation lycéenne ?
Lire la suite

vendredi 15 mai 2009

Assemblée générale 2009

Retrouvez dans l'UA 313 les textes des motions adoptées lors de notre dernière assemblée générale.

vendredi 1 mai 2009

Mise à jour des fiches pratiques

La dernière édition des fiches pratiques du CNGA

Lire la suite...

mardi 10 mars 2009

Journée d’action interprofessionnelle du 19 mars 2009

Le CNGA appelle, avec les organisations syndicales de la Fonction Publique, ses adhérents et sympathisants à participer aux manifestations unitaires de la journée d'action interprofessionnelle du 19 mars 2009. Le Bureau National

Lire la suite...

mardi 14 octobre 2008

Grève du 20 novembre 2008

Alors que la rentrée 2008 s’est déroulée dans des conditions matérielles très difficiles pour l’ensemble des établissements du 2nd degré, le projet de budget 2009 ne peut que renforcer l’inquiétude des personnels. Les collèges, pourtant en augmentation démographique subiront les plus fortes suppressions d’emplois. Les lycées et les lycées professionnels ne seront pas épargnés. De surcroît, les diminutions programmées du nombre de places aux concours de recrutement et des moyens de remplacement annoncent un recours massif à la précarité.

Alors que le parlement délibère sur la loi de finances 2009, les organisations syndicales dénoncent des perspectives budgétaires qui vont nuire gravement et durablement aux élèves et aux enseignants. Le gouvernement entend mener une politique pilotée et contrainte par un budget en régression et une logique de réduction de l’offre de formation, en particulier dans la voie professionnelle.

A la dégradation constante et programmée des moyens d’enseignement et des conditions de travail, s'ajoutent des attaques répétées contre le paritarisme et le droit syndical. La politique du fait accompli et la marche forcée ne peuvent tenir lieu de méthode de dialogue social.

C’est parce qu’elles font du développement du système éducatif un enjeu fondamental pour l’avenir du pays et des jeunes que les organisations soussignées appellent à la grève dans les collèges, lycées et lycées professionnels le jeudi 20 novembre pour :

– Un budget 2009 à la hauteur des exigences, ce qui nécessite notamment de revenir sur les suppressions de postes prévues ;

– Une rénovation du système éducatif avec comme axe principal la réussite et l’élévation de la qualification de tous les jeunes, ce qui va de pair avec l’amélioration des conditions de travail des élèves et des personnels ;

– Le maintien et le développement du paritarisme et des droits syndicaux ;

– Un véritable dialogue social sur les questions éducatives, ce qui nécessite que toute réforme prenne en compte les propositions des personnels, des parents, des élèves et de leurs organisations représentatives ce qui exclut la précipitation dans laquelle le ministère entend actuellement travailler ;

– La revalorisation de l’ensemble des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation ;

– Une réforme des lycées reconnaissant les apports disciplinaires, respectant les métiers, définissant des parcours cohérents dans les 3 voies de formation pour mener davantage de jeunes au Baccalauréat, examen national garantissant l’accès à l’Université.

- page 2 de 5 -