CNGA

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Conseil pédagogique

Fil des billets

mardi 20 décembre 2005

Loi d'orientation sur l'éducation

Le document qui a été proposé au vote pour avis du CSE le 16 décembre comporte trois volets :
- Exposé des motifs (ce qui correspond à une note de présentation pour le CSE) (p. 1-7)
- Projet de loi d’orientation pour l’avenir de l’Ecole lui-même (p. 8-21)
- Rapport annexé (p. 22-50) qui doit être voté aussi en même temps que la Loi par le Parlement, comme c’est annoncé dans l’exposé des motifs.
Retrouvez l'analyse du CNGA sur ces textes.

jeudi 5 mai 2005

Ultime manœuvre au MEN et « Conseil pédagogique »

Le CNGA

1°- s’insurge contre les méthodes d’un ministère -dont la démission était annoncée- qui a cherché à faire passer en force des textes, non étudiés au préalable en commission spécialisée, les soumettant au CSE pour la séance du 2 mai, maintenue en dépit du contexte électoral, et d’ailleurs reportée faute de quorum, une majorité de ses membres ayant refusé de siéger dans ces conditions ;

2°- a toujours dénoncé l’idée d’ajouter à toutes les instances déjà trop nombreuses dans les établissements, un « conseil pédagogique », d’autant que le projet soumis au CSE en prévoyait une composition comprenant non seulement des enseignants, mais aussi le CPE, le CE, le COP, des parents, des élèves et des gestionnaires.

Ce « conseil pédagogique » devait être à l’origine un « conseil scientifique » aux côtés du chef d’établissement, ce qui constituait déjà en soi une atteinte à la liberté pédagogique de l’enseignant dans sa classe, par le risque de surveillance et de distribution de label de conformité pédagogique.

3°- En outre, le projet, présenté par le Ministère, dans la précipitation de fin de mandature, a réussi l’exploit de faire l’unanimité contre lui, y compris de la part de ses initiateurs qui dénoncent à juste titre l’inutilité de cette instance, telle qu’elle était définie, qui ferait doublon avec le Conseil d’Administration des établissements et porterait le coup de grâce à l’autorité des enseignants.