CNGA

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Violence

Fil des billets

jeudi 8 janvier 2015

Fusillade de Montrouge - Communiqué des Fonctions publiques CFE-CGC

Jeudi 08 janvier 2015, une fusillade a éclaté en pleine rue de Montrouge (92).
Une policière municipale a été assassinée et un agent de la voirie a été grièvement blessé.
Retrouvez le communiqué des Fonctions publiques CFE-CGC, auxquelles appartient le CNGA.

mardi 16 février 2010

Violences

Le CNGA, indigné des violences qui sévissent dans de nombreux établissements scolaires, comprend l’exaspération des collègues devant les réponses insuffisantes du ministère et, de ce fait, la mise en avant de leur droit de réserve.

Il importe de réagir, sachant qu’il n’y a pas de solution miracle. Cependant, rien ne se fera d’efficace sans la création d’un vrai corps d’assistant d’éducation, doté d’une formation et de missions bien définies, entre surveillance, animation d’activités et accompagnement éducatif. De longue date, le CNGA considère qu’un tel corps serait un vivier pour les métiers d’éducation ou d’enseignement, en particulier pour les premiers échelons de la carrière de Conseillers principaux d’éducation et l’avait demandé sous le nom « d’adjoint d’éducation ».

Par ailleurs, le CNGA tient à rappeler son hostilité de principe à l’utilisation des collégiens et des lycéens mineurs pour la plupart, pour porter au Ministère les revendications des enseignants.

jeudi 26 novembre 2009

Violences scolaires et pistes ministérielles

Le CNGA

- s’étonne du caractère irréaliste de certaines propositions ministérielles destinées à prévenir les violences dans les établissements scolaires, en particulier la détection, par fouille ou « portiques de sécurité », d’objets potentiellement dangereux ; il rappelle que les États-unis ont de longue date expérimenté l’installation de « portiques de sécurités », lesquels ne sont aujourd’hui, pour la plupart, ni utilisés ni même entretenus ;

- déplore le caractère inutilement polémique de ces propositions. Elles dissimulent la complexité du lourd problème auquel sont confrontés nombre d’établissements scolaires : violence plus souvent verbale que comportementale, contexte social tendu, parents démissionnaires, mal-être d’élèves qui l’expriment de façon agressive à l’égard de leurs enseignants, déni de l’autorité des personnels de l’Éducation et des règlements…

- rappelle qu’il considère comme inaboutie, à ce jour, la réforme du collège. Celui-ci ne peut, en effet, retrouver une réelle efficacité que par la prise en compte de la crise de l’autorité à laquelle sont confrontés les personnels qui y travaillent. Et toute réforme du lycée sera peu efficace si le collège ne permet pas aux élèves et aux enseignants de travailler dans des conditions satisfaisantes.

- enfin, alors qu’il n’associe pas systématiquement bon fonctionnement de l’École et augmentation des moyens, le CNGA considère que le nombre de Conseillers Principaux d’Éducation, de personnels de surveillance et de personnel médical dans les collèges et lycées est insuffisant et qu’une partie des violences que l’on déplore serait supprimée si les élèves étaient davantage encadrés. Il rappelle sa demande de création d’un corps d’assistants d’éducation, offrant à ceux qui le rejoindraient un statut et des perspectives de carrière.

mardi 3 janvier 2006

Chronique d’une agression annoncée

Choqué par l’acte criminel dont a été victime une collègue du lycée d’Etampes,

le CNGA
- rappelle que l’Etat « est tenu de protéger » ses agents « contre les menaces, violences, voies de fait, injures, diffamations ou outrages » (article 11 du Statut Général des Fonctionnaires) ;
- est scandalisé que l’administration locale n’ait pas assuré cette mission dès les premiers signalements.

Souvent alerté, y compris par des collègues enseignant dans les établissements réputés sans histoires, le CNGA
- constate que, face à un climat d’insécurité, ces défaillances de la hiérarchie sont malheureusement fréquentes ;
- demande instamment que le Ministre rappelle fermement aux chefs d’établissement qu’ils sont responsables localement de l’application dudit article 11.